Que devons nous retenir de l’incident du concert de KS Bloom au Cameroun ?

Il y a quelques jours, je disais à une personne que, KS doit, dès son retour sur Abidjan virer tout son staff (manager, booker, chargé de communication...). Toutes ces personnes n'ont simplement pas fait leur job.

Avant de signer le contrat de prestation, et après le premier report, ils auraient du:
1. Chercher les références de l'agence qui organisait l'événement. Une simple recherche leur aurait permis de voir qu'elle n'est pas spécialisée dans l'événementiel

2. Intégrer un de leur contact local dans le C.O pour suivre la préparation du concert

3. Vérifier auprès des personnes annoncées faire sa première partie, en particulier Indira si tout se passe bien avec l'organisateur. Dans ce milieu on se parle.

4. Le non paiement de la première tranche du cachet et les autres incidents auraient du les alerter sur une probable duperie.

Comment peut on arriver à lui faire dire des choses pendant la conférence de presse qui n'ont pas au préalable été vérifiées par son chargé de communication ? "Ça me dépasse".

Chers manager camer, lorsqu'on invitera vos artistes, ne vous limitez pas à négocier le cachet, le nombre de billet d'avion, et l'hôtel. Les aspects tels que, les échéanciers de paiement, les devises en lesquelles l'artiste doit être payé, le type de voiture dans laquelle il doit rouler, le menu et la fréquence des repas, les juridictions compétentes en cas de litige... Tout ce ci doit être mentionné dans le contrat.

Tirons les lecons et apprenons. »

 

Sam Mebals ( Co-foundateur d’ Acts Of Worship)

(Visited 20 times, 1 visits today)

About The Author

You might be interested in

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *